Un cheminement artistique

 

Mes débuts

 

Ma profession: psychiatre, formateur en Réhabilitation Psychiatrique.

Mes débuts en sculpture : au cours d’une analyse jungienne, au milieu de ma vie, me vient l’idée de m’exprimer par la terre façonnée et sculptée et d’en extraire des personnages.

De 1997 à 2000, je fréquente la classe de céramique de Marc Feuillin à l’Académie des Beaux-Arts de Charleroi.

Ma période « Personnages avec attributs et Raku » 1998-2000

 

Mon intérêt pour les attributs a été influencé par le photographe Oliviero Toscani dans son « United Colors of Sexes », à la biennale de Venise en 1993. Chaque attribut a sa personnalité.

Le feu du Raku me fascinait. Affublé d’un tablier, de gants et d’un casque de sidérurgiste, j’étais prêt pour la cérémonie. Dans ce creuset d’alchimiste naissaient des personnages aux reflets métalliques qui se cherchaient et se regroupaient au gré d’étranges affinités.

La créativité peut s’épanouir dans d’autres domaines que l’art:

période de transition de 2002 à 2013

 

Entraîné dans le courant tumultueux de ma vie professionnelle, je délaisse mes activités de sculpteur pour mettre mon dynamisme et ma créativité au service d’une mission que je m’étais donnée au niveau professionnel dans le domaine de la Réhabilitation Psychiatrique : apprendre et diffuser dans les milieux francophones l’approche humaniste de l’Université de Boston. Formation à l’Université de Boston, traduction de livres, création de nouveaux programmes de réhabilitation, formations données à travers la France, écriture d’un livre. De beaux voyages, de belles rencontres, de nombreux projets menés à terme. Cette période aura durée 11 ans (2002-2012). Mission accomplie.

Période où je retrouve mes sensations et la couleur 2012-2015

 

Fin 2012, l’envie renait chez moi de reprendre le travail de la terre. Je m’achète un four, réaménage mon atelier et me remets au travail. Je redécouvre avec soulagement mes sensations dans le travail de la terre. De nouveaux personnages voient le jour. De nouvelles pistes sont explorées : le mélange de terre et les pigments céramiques.

Mon premier bronze « Vincent le regard dans les étoiles » 2015

 

Les ergothérapeutes de l’Hôpital Vincent Van Gogh m’ont demandé au printemps 2015 de réaliser une représentation de Vincent Van Gogh comme emblème de leur atelier de céramique. Après un premier buste en terre de Vincent avec un oiseau sur la tête, je poursuis mes explorations et en été prend forme « Vincent le regard dans les étoiles » inspiré du tableau « Nuit étoilée ».

Vincent le regard dans les étoiles, Buste en bronze de Vincent Van Gogh, 69 cm de haut, 43 cm de large, numéroté 1/8, signé GMD.

Création en argile blanche de l’Argilière Hins (Terres de Saint-Aubin). Réalisation à la Fonderie d’Art Harzé à Tubize (moulage, modèle en cire, coque céramique, coulée de la sculpture en bronze, patine dans les ateliers à Tubize) inauguré le 20 novembre 2015 à l’occasion des 30 ans de l’Hôpital Vincent Van Gogh à Marchienne-au-Pont.

Ma période « Vincent et l’oiseau » davantage de couleur 2015-2016

 

Le tableau « Champ de blé aux Corbeaux » de Vincent Van Gogh m’ a inspiré les trois bustes  » Vincent et l’oiseau ». Les historiens d’art voient en général dans ce tableau une représentation de l’état d’esprit préoccupé de Vincent, avec un ciel foncé et menaçant, l’indécision de trois chemins allant dans différentes directions et les corbeaux noirs, signes de pressentiment et même de mort.

Les trois bustes « Vincent et l’oiseau » ont été vendus au profit du Télévie en avril 2016. Le Télévie oeuvre à faire gagner la vie. Qui aurait pu apaiser Vincent et l’aider à faire de ces oiseaux de la tristesse des alliés?

Période « Les Rats Conteurs » 2016-2017

 

En été 2016, trois mois avant de sombrer, pour la seconde fois, dans une dépression majeure, j’avais réalisé un dessin me représentant avec les oiseaux de la tristesse et le chien noire de la mélancolie. J’avais ajouté au bas à droite un rat, sans trop savoir pourquoi.

En septembre, je commence à fréquenter la classe de sculpture de Grégory Carlier à l’Académie des Beaux-Arts de Châtelet. Alors même que mon esprit commençait à plonger dans les ruminations sombres, la honte de soi et la désespérance, le premier personnage que j’ai réalisé en terre était un rat que j’ai reproduit par la suite sur le thème « Production-reproduction ». Naissent alors le Rat Conteur et le Rat Rédempteur et le Swami Rat.

Aux portes ouvertes de l’Académie des Beaux-Arts de Châtelet le WE du 17 et 18 juin 2017, vous auriez vu mon installation intitulée « L’action de Rédemption ».

L’Action de Rédemption, juin 2017

Le Rat Conteur est un être bienfaisant qui redonne l’espoir aux désespérés. Il le fait par sa bonne humeur et par ses conseils judicieux. Mais il possède surtout une foi communicative dont la source est le groupe dont il fait partie et qui a pour nom la confrérie du Rat Rédempteur.

Chaque jeudi midi, le Rat Rédempteur réunit la confrérie pour une cérémonie appelée « Action de Rédemption ». Chaque Rat Conteur peut y inviter un rat désespéré. Les rites et les chants des Rats Conteurs réchauffent le coeur des désespérés et rallument en eux l’espoir dans un avenir meilleur.

Période « La Vierge Noire à l’Enfant Blond » 2018

 

Les Entendeurs

Ce sont des oiseaux bienveillants qui écoutent et qui comprennent. Ils ne jugent pas. Ils ne critiquent pas. Ils entendent, simplement. Avant, ils étaient les oiseaux de la mélancolie qui tournaient autour de la tête du désespéré. Maintenant ils sont les oiseaux de la bienveillance qui réchauffent le coeur. Ce changement s’est produit par l’apprentissage de l’auto-compassion. Petit à petit, chaque jour un peu, patiemment et en douceur. Quand mon estime de moi est menacée, quand je n’ai pas été à la hauteur de mes attentes et que mon image de moi me déçoit, quand j’ai pu être inadéquat, quand l’image que les autres me renvoie me blesse et m’attriste, j’arrête de m’autocritiquer et de me malmener. J’entends ma peine et ma souffrance, je me rappelle que je suis un être humain imparfait comme tout être humain, que l’erreur est humaine, que la souffrance fait partie de la vie. Puissé-je à cet instant être bienveillant à mon égard, puissé-je me donner la compassion dont j’ai besoin. Je pratique depuis deux ans l’auto-compassion en pleine conscience et cela semble fonctionner pour moi.

 

Le Vierge Noire à l’Enfant Blond reste une énigme. Ce thème occupe mon esprit depuis 4 ans depuis la période de ma première dépression majeure. Fin 2017, j’ai commencé à la dessiner et à la peindre. Ce n’est qu’en juin 2018 que je l’ai réalisée en terre.

A suivre…

(0)